Royat-Chamalières

Théâtre

Le théâtre constitue un des éléments essentiels de la station thermale mondaine. Qu’il soit construit à l’intérieur du Casino ou qu’il soit totalement indépendant, sa présence est rigoureusement indispensable pour le divertissement des baigneurs.

Dans la station thermale de Royat-Chamalières, plusieurs salles de spectacles venaient compléter la programmation du théâtre. Elles étaient situées à l’intérieur du Casino Samy, du Kursaal (bâtiment autrefois place Allard), du Grand Hôtel et Majestic Palace.

Le Théâtre est construit de 1891 à 1892 par l’architecte parisien Théodore Charpentier avec la collaboration de l’architecte clermontois Charles Arnaud.

 Sa façade polychrome alterne pierre claire, briques rouge, rose et jaune. Les ouvertures sont garnies de garde-corps en fonte.

La grande originalité de ce théâtre réside dans la conception de la salle des spectateurs, à l’origine éclairée par de grandes baies vitrées.

 Le théâtre est actuellement en cours de rénovation. La nouvelle salle de spectacle modulable aura une capacité d’accueil de 500 personnes pour une surface 500 m² et une scène de 100 m².


Parmi les nombreux acteurs célèbres, le 31 août 1896, Sarah Bernhard, « la divine Sarah à la voix d’Or », se produisait dans La Dame aux Camélias d’Alexandre Dumas fils. La romancière Colette, « mime, nouvelle étoile et actrice », faisait la tournée des villes d’eaux. Elle jouait dans Chéri, dont elle interprétait le rôle de Léa sur la scène de Royat le 10 août 1925.

 

Extrait du Splendid Guide, 1881 :

« On suit avec beaucoup de plaisir, les charmantes représentations que sait si intelligemment organiser l’habile impresario qui dirige le théâtre, M. Marius Boullard, chef d’orchestre aux Variétés. ».

Citation du
Dr Cany, 1925.

« Au premier rang des fidèles, il y eut de tous temps une élite intellectuelle et artistique. Outre le soin de leurs fêlures corporelles, les écrivains et les artistes ne dédaignent  point de venir goûter les charmes d’un douillet confort, d’une aimable élégance. Certains avouent s’y complaire pour rêver et pour mieux écrire. ».

Citation de
Claude Mathevet :

« A en croire les journaux, chaque soir pas une place n’était vide et les artistes achevaient leurs performances, couverts de fleurs et de bravos. »

Tout en image ...