Royat-Chamalières

Casino, parc thermal, Chamalières

Le casino constitue un élément clé de l’économie thermale. Les cures demeurant de faibles sources de revenus, les stations ont du développer des activités annexes, comme l’embouteillage de l’eau minérale, et comptent sur les profits dégagés par les jeux pour financer les spectacles.

Souvent prétexte à une migration saisonnière de la vie mondaine, les casinos constituent le lieu de ses plaisirs. Derrière un nom générique, une multitude de fonctions se cachent, tels que salle des fêtes, restaurant, salles de jeu et des salons pour la lecture ou la conversation. Puis peu à peu, d’authentiques théâtres se greffent à ces établissements de jeux.

Le premier casino est édifié en 1873-1874 par l’architecte Cournol. Il est baptisé casino-chalet en raison de sa construction en pans de bois et en briques rouges.

 Un théâtre de 700 places signé par l’architecte Charpentier est adjoint en 1891-1892. Sa façade polychrome alterne pierre claire, briques rouges, roses et jaunes.

 En 1919, un incendie détruit le « chalet » en épargnant le théâtre. Le nouveau casino est construit en 1920-1921 par l’architecte Tronchet.

 Ses deux façades sont un subtil mélange de modernité et de motifs antiquisants : colonnade monumentale aux chapiteaux composites, hémicycle percé d’une alternance d’occuli et d’arcs cintrés. En 1997, Slobo décore l’intérieur avec ses célèbres « trompe l’œil ».

 

Extrait du Splendid Guide, 1881 :

« Chaque semaine, des soirées sont réservées aux bals et aux concerts. Les bals nouvellement créés ont très bien réussi à Royat, et ces jours là, la Grande Salle des Fêtes reçoit tout entière la colonie des baigneuses et baigneurs qui désertent leurs hôtels. ».

Tout en image ...