Royat-Chamalières

Pavillon Saint-Mart, Parc Thermal, Chamalières

Le Pavillon Saint-Mart se situe au cœur du quartier thermal. Tour à tour buvette thermale, puis établissement de bains, il est devenu un site touristique incontournable, où le passé thermal et l’esprit des eaux rejaillissent grâce à une scénographie innovante.

 En 1880, la source Saint-Mart est dans un premier temps prise en boisson dans une buvette ornée de treillages de bois. Suite à la découverte des bienfaits de la source Saint-Mart pour les bains de jambe

 En 1912, Auguste Rouzaud demande à Louis Jarrier d’embellir et d’agrandir ce bâtiment trop modeste. L’architecte s’inspire de l’Italie et de l’Orient pour concevoir un pavillon central coiffé d’une coupole et cantonné de deux ailes asymétriques recouvertes d’un toit terrasse bordé d’une balustrade à claustras de terre cuite.

 En 1980, le pavillon Saint-Mart est fermé aux curistes. La source est acheminée à l’établissement thermal pour les soins externes et à la buvette pour les soins internes.

 Le Pavillon est inscrit en totalité aux Monuments Historiques en 2001 et trois campagnes de restauration sont menées jusqu’en 2003. Il est aujourd’hui ouvert à la visite, avec une scénographie « Le thermalisme à la Belle Epoque » et l'exposition de témoignages liés à l’activité thermale, comme les chaises à porteur ou bien encore les anciennes boîtes de pastilles digestives conçues grâce aux sels naturels des sources thermales.


Renseignez-vous auprès de l’Office de tourisme pour connaître les horaires d’ouverture.


Extrait du « Splendid Guide » 1881 :

Qui était Saint-Mart ? « C’est dans cette vallée et vis-à-vis les rampes de Chateix que se retira, vers 440, Martius, qui était né en Auvergne. Il donna son nom au point où il se fixa. Il creusa d’abord dans le rocher plusieurs cellules pour y vivre dans la retraite : quelques cénobites arrivèrent bientôt, se joignirent à lui et le nommèrent leur abbé ; ils vivaient d’aumônes ; bientôt leur réputation se développa considérablement et la foule vint les visiter ; ils furent alors obligés de bâtir un monastère. Saint Mart  (Martius) y vécu encore 60 ans. La tradition et les légendes écrites disent qu’il y fit des miracles ; Florentius, père de saint Grégoire-de-Rours, fut rendu à la vue par le célèbre abbé, qui mourut vers 530 et fut enterré dans la chapelle du monastère. ».

Tout en image ...